Externatenvoyage

Un site utilisant unblog.fr

9
août 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 5:33 | Pas de réponses »

Dans mon service de Psychiatrie, beaucoup de patients sont admis pour « troubles de l’humeur »: qu’ils soient maniaques (ahh Mm L… ) ou plus couramment dépressifs. Qu’ils soient unipolaire ou alternent les deux.  Grâce a nos « petites pillules », (et à notre sourire!) , la plupart du temps on arrive à les thymo-réguler.

Mais qui soigne les soignants?

Voilà les astuces bonheur que j’ai pu recueillir:

- rire des patients. Méchant, mais facile. Et ça libère un peu! Parce que oui, MmP est malade et qu’il faut l’aider, et oui, le secret médical et tout et tout.. mais faut avouer qu’une vieille fille, prude et tout,  de 94ans qui voit des hommes a poils… c’est drôle.

J’aimerai bien tenter l’alternative « rire AVEC les patients », mais c’est plus dur (j’ai ma batterie de boutades « spéciales entrants »= au moment de l’ECG: «  je vous pose des électrodes mais la sismothérapie c’est pour la semaine prochaine » (non, je ne dis pas exactement comme ça vous en faites pas ^^); ou quand je demande « vous faites un régime?.. ah bah vous devriez! » (non, la encore je m’adapte a mon public, j’ss pas devenue un monstre ;p )

- Jouer de la guitare. C’est MrS qui nous a donné l’idée. Il emprunte la guitare de l’atelier et s’entraine une bonne partie de la journée, dans le jardin. Ce midi, pdt qu’il mangeait, l’équipe soignante s’est appropriée la guitare à son tour. Moment très sympa en vérité! :)

- Profiter du soleil. Parce que oui, ici sur Paris le soleil brille et les UV ça réchauffe aussi le cœur! D’ailleurs zouh, je file au lux.

 

Bonne journée tous!

vale

8
août 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 11:51 | 1 réponse »

Hello à tous!

Aujourd’hui il n’y avait presque personne dans le service : c’est la Korité (= la fin du ramadan). En fait en vrai c’est demain le jour officiel pour le Sénégal (parce que le comité lunaire n’a pas vu la lune) mais dans d’autres pays c’est aujourd’hui, donc ça fait 2 jours considéré comme fériés quand même! Vous inquiétez pas, même nous on n’a pas tout compris.

Bref du coup tout marche au ralenti (j’entends par là encore plus que d’habitude). Par exemple, j’ai une patiente qui est rentrée avant-hier, on a prescrit des examens qui n’ont pas été fait hier et maintenant il va falloir attendre lundi pour avoir quelque chose!

On est aussi passé en réa (notre ancien service) pour dire bonjour aux interne. Et là on a vu un patient qui avait le tétanos et qui était en train d’inhaler sa bave. Personne ne faisait rien. J’ai voulu aller au moins un peu l’essuyer, mais bien sur il n’y avait rien (sa famille n’avait pas acheter de sopalin). En demandant à l’infirmière, elle me dit d’utiliser une éponge mais avec des gants obligatoirement. Bien sur il n’y en avait pas, comme d’habitude. Du coup je suis sortie, énervé contre le personnel et contre moi-même!

Mais sinon c’est cool hein!! :)

Blandine

27
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 1:37 | Pas de réponses »

Mardi 2 juillet :

C’est le grand jour :  on attaque l’hôpital. J’avais lu dans les rapports de stages que tout était fait le 1er jour pour nous mettre à l’aise.  Ouf, cela me soulage.

Tout est clair dans notre tête : on doit retrouver ines, marie agathe et camille (ces 2 là sont à ottawa depuis une semaine : ils nous ont gentiment coaché pour certains détails pratiques) à l’arret de bus. Ensuite on prend le bus 5 qui nous amnène devant l’hopital.
En théorie, rien de plus simple. Faut il encore toruver l’arrêt de bus. Je vous vois tous en train de vous marrer et vous foutre de nous : qui pourrait ne pas voir un arrêt de bus ?
NOUS J car il n’y a pas vraiment d arret ici. Il y a des poteaux avec une mini pancarte avec un numero comme (5687) et le numero de la ligne (5 pour nous), le tout à 3 mètres de haut : autant vous dire que pour moi qui mesure 1m60, avec lucile qui n’avait pas ses lunettes ce n’était pas gagné. Quelles bandes d ignardes de ne même pas avoir appris le numero de l’arret !!! quelles naives d attendre d un arret qu’il y figure le nom de l arret et la direction.
5, 10 min s’écoulent ; toujours pas le bus prévu à 8h08. Si ça continue on va être en retard. Ca l’a fou mal les français qui arrivent en retard le 1er jour. Ouf, le voilà qui arrivent enfin J

On retrouve Marie Agathe, camille (qui sont là depuis 1 semaine), et Ines.
Le trajet de bus permet à Camille et MA de nous raconter toutes les règles de survie de l’hopital. Rien de bien sorcier : on va avoir une carte magnétique pour accéder aux différents services, un casier à code pour mettre nos affaires. Pour le reste, tout est chouette ; tout le monde est beau, tout le monde est gentil.
Le bus nous dépose devant l’hopital : le luxe

Un assez grand hopital (incomparable par rapport à Cochin ou Necker ;  mais grand quand même), moderne, très propre, avec des grandes portes automatiques à l’entrée.  Tout à l’air d être fait pour qu’on s’y sente bien. L’hopital Montfort est un hôpital francophone : c’est à dire qu’on y parle français et anglais (logique non ?) : des bénévoles tout de bleu vétu sont à l’entrée, avec le sourire pour accueil, guider les personnes qui entrent. Nous suivons les 2 habitués qui sont déjà là comme chez eux.

Nous entrons dans une petite salle. Avec des tables installés en U, et 5-6 personnes qui nous accueillent avec un grand sourire : « soyez les bienvenus ». Ouf, je m’y sents déjà bien. La pression retombe.  Un buffet est là pour nous : muffin, salade de fruits frais,  jus d’orange, café, thé. INCROYABLE J « profitez donc de ce petit encas et on pourra se présenter après ». Nous sommes franchement gênés, mais nous nous approchons doucement de ce festin. Puis l’accueil commence : présentation du vice doyen, le Dr ROY, des différentes responsables administratives, avec beaucoup de simplicité, de sourires, de sincérité, et de disponibilité : surtout si il y a le moindre problème, vous nous appelez,

on trouvera une solution ; si vous n’êtes pas à l’aise dans un stage, dites le nous, on s’arrangera

Non mais je rêve là : non seulement on nous accorde un accueil de rois ; mais en plus on nous dit que tout sera fait pour nous. Cela promet d’être le rêve. Bon, je rigolerai peut être moins quand il s’agira de prendre en charge seule des patients, ou de parler en anglais avec des patients.
J’oubliais : on a recu un welcome pack avec sac, clef usb, planning, divers papiers adminitratifs (dont un règlement que l’on a signé qui nous engage à parler français dans l’enceinte de l’hôpital : oh ne vous inquietez pas, je ne ferais pas trop d’excès à ce niveau là)

Puis on enchaîne avec la visite des services ; du vestiaires : un badge electronique pour y entrer, des casiers énormes (vous vous rendez compte les externes français ??) ; une douche, des toilettes…. Le paradis J

La matinée s’enchaine avec l’apprentissage des logiciels informatiques (et oui, ici on vous explique comment ça marche, on a des codes… loin de nous l’APHP)

On fait la rencontre de Benoit DUVAL (surêment un cousin éloigné de Blandine J), un homme charmant qui nous propose son aide pour n’importe quoi n’importe quand : l’accueil est franchement chouette.

Tout est ORGANISE à la perfection : loin de ce dont on est habitués dans nos hopitaux.
C’est écrit sur mon planning : je dois retrouver le Dr HADDLOCK à 13H30 en salle 2B138 (salle d’endoscopie) : vite, il ne faut pas que je sois en retard, la pression monte ; mais dilemme : blouse ou pas blouse : ici ce n’est franchement pas de rigueur : médecins et étudiants sont plutôt en chemise pantalon chic chaussures chics, et pas de blouse ; Allez je laisse la blouse et si besoin je viendrai la prendre ; quel bonheur à l’idée de voir des patients sans cette foutu blouse qui ne sert pas à grand chose à part à se donner une sorte de pouvoir que je déteste

 

Bref c’est l’heure de retrouver le Dr HADDLOCK (désolée mais vous aurez la fin à un autre moment car je dois partir J) promis je continue au plus vite (et pour la suite, j’accellererai le rythme, sinon on n’avancera jamais)

24
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 7:10 | 1 réponse »

En choisissant l’hôpital de Corentin Celton, avec sa chapelle et son joli jardin, je pensais choisir le meilleur endroit où passer mon stage d’été.

Oui, moi je reste en France, certes, mais je quitte Paris!! Stage le matin, vacances l’été! (stage planqué qui plus est)

 

Mais l’externat ne s’arrête pas avec les vacances d’été. Tous les matins notre interne nous demande aimablement « alors vos révisions, ça avance? ». Et ma co-externe de répondre « ça va, heureusement que le bu de l’HEGP ne ferme pas, j’ai pas encore acheté la collection entière de KB » (bon ok, j’affabule, mais elle passe vraiment un aprèm sur deux à la bu..).

Ben oui, on est externes maintenant, et hors de question pour nous de faire autre chose que bucher nos chers items.

Faut croire que la folie ça déborde comme l’égout qui après l’averse.. (chouette comparaison hein? désolée j’suis pas de super humeur.)

 

 

Parfois aussi, on rigole dans mon service.

On se marre bien quand d’anciens patients reviennent pour dealer de l’alcool à travers les grilles du jardin; on ricane de voir deux patients mariés flirter allégrement (et dire qu’il vient car il va avoir un gosse!) ; on sourie quand la pharmacie refuse de nous délivrer des traitements ( car oui, 15h c’est pas une heure pour faire des entrants! même s’ils viennent d’essayer de se suicider…) On s’esclaffe quand monsieur F nous apprend qu’il a rencontré sa femme sur catalogue. On se moque quand madame G raconte que monsieur G pratique la polygamie (il n’a pas 3 femmes, non, juste une seule.., plus une ex femme et une maitresse… et tous partent en vacances ensemble, avec les gamins!) On éclate de rire que monsieur T raconte son enfer dans les camps de concentration. On glousse quand madame J raconte son premier viol à l’âge de 9ans, et les suivants. Bref, on se marre.

 

Heureusement que mes patients sont là, ils nous font bien rire.

Heureusement qu’ils sont là, on oublie nos problèmes pour penser aux leurs.

 

23
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 2:28 | Pas de réponses »

Aujourd’hui c’est le CANADA DAY : la fête nationale

Imaginez des milliers de canadiens dans la rue, habillés en rouge et blanc, avec un certain élan patriotique.
à chaque coin de rue une petite animation : jonglage, accrobbatie, musique…Lundi 1er juillet img_0352-300x224


Et dans les parcs : des scènes de spectacles diverses et variés.
Ce qui était marquant c’était l’ambiance de joie partagée, par tous les âges : enfants, parents, ado, grands parents, valides, en fauteils… le tout sans alcool (alors c’est donc vrai : sans alcool la fête est plus folle ? euh ? ah bon ?)

img_0368-300x224

La journée s’est achevée avec un grand concert en plein air, et un magnifique feu d’artifice devant le Parlement (spécial dédicace pour les bretons : un final de ouf !!!!)

img_0371-300x224

Une belle journée avec ines et lu

On a bien rit, bien profité. On a mangé notre 1er hamburger au poulet : et oui il faut vite s’imprégner :) img_0346-224x300

20
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 10:16 | 4 réponses »

Hello,

moi je suis en stage en psychiatrie dans l’hôpital Corentin Celton. J’ai beau être en France, ce service est lui aussi assez dépaysant: pas de chariot, pas de tour des malades le matin (en fait, c’est le boulot de toute une journée!), pas de bio à recopier… Mon rôle est assez sommaire: il s’agit d’examiner chaque patient à son entrée et de rédiger une observ’ somatique complète (saviez vous qu’une forme méningée de lupus pouvait simuler une schizophrénie?). Je peux également suivre l’interne faire ses « entretiens ». Finalement, même si les horaires sont extra light (9h30-12h30), c’est un stage assez intense et psychologiquement difficile (les gens déprimés ont parfois bien d’horribles raisons de l’être :( ).

Du coup je me concentre sur mes 3 objectifs majeurs de cet été (mes « items de l’été » :p )

1/ être capable de conduire jusqu’en bretagne : probablement le plus difficile; je me suis remise a conduire et je m’améliore mais j’ai tjs un peu d’appréhension :(

2/ courir la Parisienne: bon celui là est mort… j’ai oublié de m’inscrire mdr! mais je cours et je tiendrai 6km pour le 15 septembre vaille que vaille

3/ partir en woofing: de 2 semaines j’en suis réduite a 1, mais ce sera dans le Lot, au sein d’une ferme équestre (on croise les doigts, je tel cet aprem pour confirmer)

Ah aussi, je reviens d’une semaine de vacances dans le Médoc. Cool et très chaud. Voilà!

20
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 12:21 | 3 réponses »
Nous sommes donc arrivées le samedi en fin d’aprem après un voyage sans péripéties ou presque (lucile a passer 1h à la douane avec un douanier qui l’a prise d’affection et qui a voulu lui faire des papiers dans les règles de l’art pour qu’elle nait aucun souci pendant son voyage). De mon côté je suis tombé sur une sorte de bulldog qui n’avait comme seule préoccupation : que je jette mon délicieux sandwich préparé par mon père le matin (que j’avais précieusement gardé pour le trajet en bus). J’ai bien essayé de négocier de le manger maintenant mais rien n’y fait : pas d’importation de nourriture dans ce putain de pays!
Une fois l’étape de la douane passée, j’ai couru chercher les bagages (je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer que l’expérience aéroflot c’était reproduite :) ). J’ai ensuite pensé qu’après 1h à la douane, les bagages avaient dû être retiré du tapis roulant. que ne ni, nos 2 sacs nous attendaient là, sagement.
Défi suivant : trouver un bus qui nous amène de montréal à ottawa
une broutille quand on a l’habitude des transports en communs vietnamiens ou camerounais.
A la sortie de l’aéroport, on a découvert des canadiens franchement chaleureux qui attendaient leurs invités avec des fleurs, des déguisements… dommage pour nous : aucun canadien n’était la pour nous :)
qu’importe, nous avons pris ce fameux bus. On a vite compris que la vie allait nous coûter franchement chère (rien à côté de ce dont lu a vécu en Australie, mais bcp pour moi qui ait l’habitude au voyage à moindre coût)
trajet agréable dans un bus climatisé, avec une place par personne (et non 3 personnes sur un siège comme j’ai déjà expérimenté :) ) on a retrouvé par hasard Ines (étudiante de paris descartes en stage avec nous). je reconnais avoir été un peu réticente au début car j’espérais plus une immersion totale que une rencontre entre français. Mais qu’importe ; elle voyageait seule mais avait déjà fait connaissance avec Alex, un charmant français, et une neuf de l’ambassade (cela peut toujours servir :) )
puis, débarquement du bus au beau milieu de nul part.
Il fallait donc trouver un moyen de transport pour aller jusque chez nous
on nous propose un trajet en bus avec 3-4 changements (un peu dur pour nous qui venons de faire près de 10H de transport) on craque donc pour un taxi avec ines ; il nous promet 10-15 dollards pour nous 3 pour nous amener à destination. Il a tenu sa parole :) j’ai même impressionné lucile car, comme promis, c’est moi qui ait parlé anglais pour gérer tout ça :) et ouais je me la pete (mais je fais moins la maline maintenant :) )
nous voilà devant notre maison. Personne pour nous accueillir
la fille qui doit nous amener les clefs doit arriver d’un moment à l’autre
Je ne peux m’empêcher de faire une petite blague : imagine que ce logement n’est qu’imaginaire et que jamais personne ne va nous amener les clefs. mauvaise blague je sais
mais il fait beau, le coin est joli, la température agréable
ouf la fille arrive en vélo
elle parle anglais
c’est une pote de la fille qui nous sous loue la chambre
en 1min30 elle nous donne 3 clefs, à peine le temps de lui demander quelle est notre chambre, quel est l’étage, et la voilà partie. Nous voilà plantées devant la porte de cette maison, 3 clefs à la main. Allez, on se laisse pas abattre, on ouvre la 1ère porte (qui ne nécessitait pas de clef. Nous voilà dans un couloir. Il faut trouver l’appartement numéro 2 : facile. Il faut maintenant trouver la bonne clef. A priori, facile (c’est écrit dessus). La clef entre dans la serrure mais impossible d’ouvrir. Qu’importe, nous allons essayer les autres clefs. rien. on revient à la 1ère ; 5-10 minutes ; il commence à faire chaud et cela commence sérieusement à m’énerver. Cette neuf n’aurait pas pu  rester 5min pour nous faire visiter? accueil canadien? tu parles :)
je ne sais par quel miracle je finis par ouvrir cette putain de porte
on entre délicatement (il était prévu que l’on soit avec un autre colocataire ; j’ai déjà parié avec lucile que cela serait un geek associable : oui je sais j’ai le jugement et les prémonitions faciles). Et là, c’est le drame, tout bascule :) l’appart est franchement dégoutant. Je suis démoralisée, épuisée… Heureusement lucile prend le taureau par les cornes pendant que je reste prostrée sur le lit de dégout. la voilà qui enfile une paire de gants de ménages, un chiffon, un balais… et c’est parti pour le grand nettoyage
comme elle dit : pour être bien dans sa tête, il faut être bien chez soi
la chambre, la cuisine, la salle de bain, tout y passe. Il est 19h heure locale (et donc 1h du mat heure française) et dlle trouve la ressource pour faire tout ça. elle est bien ma copine hein?
on n’a pas pu nous empêcher d’appeler notre coloc « gros dégueulasse », avant même de le connaître bien sûr. Le voilà habillé pour l’hiver : geek, associable, gros dégueulasse.
Lucile a les mains dans la javelle, quand soudain, il débarque. Gros blanc, gêne mutuelle
il ne savait pas qu’on arrivait :) oh la belle nouvelle
on se salut ; personne n’a vraiment le courage d’entamer une conversation
chacun repart dans une pièce ; on fera mieux à la prochaine rencontre ; mais là, trop de fatigue, trop d’énervement pour se faire des amabilités.
une fois le ménage fait, il a fallu aller faire les courses (youpi le supermarché est ouvert 24H/24 : un scandale absolu d’une société de consommation sans limite, mais passons)
je vous épargne ce long moment à marcher jusqu’au supermarché, comme 2 larves, puis à errer pour trouver des produits qui n’ont pas l’air trop chimiques, ni trop chers : le parcours du combattant))
retour à la maison, épuisées. Une petite bout, une bonne douche et au dodo
dimanche, visite de la ville. pour moi, une journée assez angoissante ; car l’idée de passer 2 mois au milieu des building sous le cagnard, ne me réjouissait guère
Finalement, notre coloc est super extra chouette. il est afghan (vive l’interculturalité :) ) ; il nous fait même des petits smoothies le dimanche matin qu’il nous amène dans notre chambre ; et, lorsque notre appart est envahi par les mouches à 23h, il enfourche sa bicyclette pour aller acheter du tue mouches (presque aussi efficace que lucile la tue mouche : pour comprendre, je vous mettrai une petit photo de lucile qui s’attaque à chaque mouche de l’appart, avec un gant de cuisine, telle une guerrière :) )
fin du 1er jour….
Arrivée au Canada photo-du-30-06-13-a-01.14-2-300x200

lucile s'attaque au grand ménage de l'appart

 

 

 

15
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 3:51 | 3 réponses »

Petit aperçu de l’hôpital Fann de Dakar!!

Je suis en stage en maladies infectieuses (comme  24 autre étudiants français!)

Ce qui choque le plus en arrivant, c’est surtout la différence de moyen par rapport à la France. Pour donner un exemple, dans l’unité de réanimation, tout les malades sont les uns à coté des autres dans une grande salle (alors je vous dis pas quand y en a un qui a la tuberculose!!) et il n’y a pas de défibrillateur, ni de quoi intuber. Ici il n’y a pas non plus de Sécu : ce sont les patients qui se payent leur examens complémentaires et leur traitement. C’est parfois assez frustrant. Seul le traitement anti-VIH est gratuit, c’est déjà ça!

 

Sinon pour l’organisation, c’est plus ou moins comme en France. On voit nos patients le matin, puis on suit la visite avec l’interne ou un médecin, où c’est à nous de présenter nos malades, et voit ce qui change dans la conduite à tenir. C’est à nous de rédiger les observes. C’est là que ça se gâte, parce qu’ils sont super pointilleux sur la présentation. Il faut faire des phrases très précises, et réécrire l’examen clinique complet à chaque fois!

Ce qui est dur aussi c’est que la plupart des patients ne parle pas le français mais que le wolof, donc l’interrogatoire n’est pas facile.

Ils sont très bon en clinique mais parfois pas très efficace. Dans notre unité, y a pas vraiment de médecins et l’interne ne repasse pas toujours voir les patients l’aprèm.

 

Des nouvelles des autres????

Blandine

 

1
juil 2013
Posté dans Non classé par externatenvoyage à 2:37 | Pas de réponses »

Nous sommes une bonne bande d’étudiants en médecine. L’idée de ce blog nous est venue peu avant notre départ en stage d’été. Plusieurs d’entre nous partant en stage à l’étranger, il fallait trouver un moyen de partager ce que l’on vivait. C’était aussi l’occasion de comparer des pratiques médicales, des pédagogies, de réfléchir ensemble, d’avoir un lieu de parole (si inexistant dans nos études)

Nous espérons que ceux rester en France nous feront vivre leur quotidien aussi : anecdotes, réflexions, idées, espoir, tristesse…

Dans mes rêves, je verrai ce blog comme un lieu d’échange où chacun pourrait raconter ses anecdotes (de patients, de praticiens, étudiants, partout dans le monde)

j’attends vos remarques, commentaires

A très vite et merci à tous ceux qui liront ou alimenteront ce blog

Campvillaflore |
Orphelinatcehbed |
Billkxkennedy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sedgar24
| Lejournaldespetitsreporters
| Gyrogelzinis